Bienvenue sur le site de la section du CAS de Delémont

La section delémontaine du Club Alpin Suisse compte près de 600 membres, de tous âges. Elle attache une grande importance à la convivialité entre ses membres et offre un programme d'activités varié, s'adressant à chacun selon ses désirs et possibilités. Faire connaître les sports de montagne aux jeunes fait aussi partie de ses fonctions, tout comme l'entretien de ses deux cabanes (cabane du Binntal et cabane du Raimeux).

COVID-19: mesures concernant les sports de montagne

A partir du 13 septembre 2021, un certificat Covid valide devra être présenté dans notre cabane pour toute nuitée et toute consommation à l'intérieur.

L’ensemble des mesures sanitaire se trouve sur le Site du CAS Suisse.

Actualités

Rapports de course

Bütschelegg (BE)
26 Sep 2021Section
En ce dimanche 26 septembre 2021 les prévisions météorologiques sont incertaines .À l’aube des chutes de pluie importantes se sont produites, mais cela n’empêche pas les participantes et participants d’être présents à 08h15 au rendez-vous à Delémont. Unique petite adaptation en lieu et place de nous déplacer dans la région de la Bütschelegg (BE) c’est la région de Reigoldswil (Wasserfallen) canton de Bâle Campagne qui est choisie par notre cheffe de course qui après des consultations du temps probable durant la journée est certaine que nous passerons entre les différentes perturbations possibles. Après environ 40 minutes de route, nous sommes à pied d’œuvre dans le village de Reigoldswil, point de départ et d’arrivée de notre balade dominicale. Pour les 5 premières minutes de marche il faut sortir l’équipement de pluie du sac, mais pour l’ensemble de la journée cela sera la seule fois. Après un kilomètre, nous découvrons déjà la magnifique ruine du château de Reifenstein, immédiatement après c’est par une splendide gorge que nous nous dirigeons vers un étang situé en aval de Titterten. En traversant cette bourgade, nous pouvons admirer l’architecture des maisons qui sont en grande partie rénovées et joliment décorées. La traversée de la forêt du Schufleberg nous amène aux environs de Liedertswil par un sentier très agréable. Après cela c’est une autre topographie qui nous attend puisque pendant plus d’une heure c’est une montée importante qui nous permettra de rejoindre la cabane du CAS de la section de Bâle Campagne située à Waldweid à 1015 mètres. C’est à cet endroit que nous prenons une pause de midi bien méritée d’autant plus que comme toujours notre cheffe de course a préparé le dessert pour tout le monde. Après cette pause nous reprenons la route pour notre diriger vers Chellenchöpfli ( Hinderi Egg (1168m) plus haut point en altitude du canton de Bâle Campagne). Comme nous avons de la chance nous pouvons apercevoir une partie du massif alpin. Après la montée, c’est la descente par un sentier très bien marqué jusqu’à l’arrivée de la station terminale de l’installation de Wasserfallen. La partie finale de notre excursion se déroule sur le sentier des chasseurs, c’est des magnifiques paysages au travers des gorges du Säuschwänkibach qui s’offrent à notre vue. Aux environs de 15h30 nous sommes au terme de ce très beau parcours. Un grand merci à Marylise et à Markus pour cette parfaite organisation, une fois de plus nous constatons que notre cheffe de course a plus d’un tour dans son sac et qu’elle a toujours une solution de rechange prête à mettre en pratique. A relever qu’à l’exception d’une légère ondée au départ, l’ensemble de la journée s’est passé sous un temps des plus agréable pour une randonnée pédestre.Rd
Dent-Blanche
du 4 Sep 2021 au 5 Sep 2021Section
Dispersés un peu partout, c’est à la gare de Sion que tous les membres de l’équipe se regroupent avec plaisir : Damien, Laurent, Samuel, Loann, Matteo, Antoine, Xavier et Olivier. Pandémie tu nous tiens, impossible de trouver un endroit pour boire un café et évacuer nos commissions matinales. C’est donc à l’arrêt d’un feu de chantier sur la route qui nous mène à Ferpècle que nous pouvons enfin soulager au moins un de nos besoins ! Arrivés au parking, un autre effet collatéral du Covid nous oblige à abandonner tant bien que mal nos deux véhicules dans le talus. Campeurs et randonneurs se partagent ces lieux si attrayants. Le sentier qui nous conduit à la cabane se libère heureusement rapidement des marcheurs et seules quelques reines paisiblement occupées à ruminer nous observent affronter la rude montée. Bricola étant atteint en rien de temps, un exercice de jeu de pistes dans le chaos de la moraine nous amène ensuite sur les dalles granitiques lissées par le glacier disparu. Le franchissement de chaque ressaut nous décourage de constater que la cabane se trouve peut-être au prochain Le ciel partiellement dégagé nous présente momentanément notre objectif du lendemain. Un dernier effort sur la langue glacière nous offre enfin l’arrivée à la cabane. La description dans le site du CAS d’un itinéraire au dénivelé important et pénible avec montée quasiment « directissime » est unanimement approuvée par tous. L’ambiance dans la cabane est chaleureuse et un petit concert de chants folkloriques suisses sur sons de diatonique agrémente la soirée. L’enthousiasme retombe brutalement lorsque le gardien nous expose le point météo avec des conditions hivernales difficiles auxquelles nous risquons d’être confrontées le lendemain. Par la fenêtre, les abondantes chutes de neige nous forcent à croire que le sommet ne sera peut-être pas gagné pour cette fois. Au réveil, l’agréable surprise de découvrir un ciel dégagé et un sol à peine recouvert de neige nous motive à avaler un copieux p’tit déj bien trop matinal. Xavier fait les frais d’une nuit en haute altitude et est contraint de renoncer. La progression jusqu’au pied de l’arrête à 3'900 m se fait de nuit sans problème. Le rythme convient bien à nos trois cordées qui ont en point de mire celle d’un guide et de son client. L’attaque de l’arête se fait avec les crampons car le rocher est tout de même un peu plâtré et surtout verglacé. Le Grand Gendarme est contourné par la gauche, les différents éperons sont franchis sereinement, le cheminement est trouvé assez facilement. Le groupe progresse en accordéon de manière un peu moins folklorique que la veille au soir. La météo s’avère être complètement de notre côté puisque le ciel est complétement dégagé et la température clémente. A 8h45, la cordée des jeunes (en tout cas en moyenne d’âge !) atteint le sommet, Tous regroupés, les traditionnelles poignées de « Kongratuliere » serrées, la photo souvenir dans la boîte, nous entamons la descente inverse. Nous n’échappons pas aux rappels mais nous parvenons tout de même à optimiser les manœuvres en plaçant les cordes à tour de rôle. Encore quelques dévarappes plus bas et nous parvenons sur les versants enneigés. Nous avions presque oublié la petite montée qui nous amène à une autre petite arête à franchir. Encore un flanc de neige à routcher puis quelques blocs de granit à négocier et c’est l’arrivée à la cabane vers 15h. Après avoir rassasié nos ventres en boisson et nourriture, nous quittons la cabane pour entamer la descente vers la vallée. Cette descente restera une simple formalité et c’est la fleur au fusil que nous retrouvons Xavier qui a inutilement monter les voitures, pensant à tort nous faire économiser quelques hectomètres de descente ! Bien entendu, ceci n’est qu’un bobard et l’auteur de ce récit, qui a survécu à cette descente infernale, peut témoigner que ses jambes ont failli au point de pouvoir difficilement monter la rampe du restaurant des Haudères pour apprécier une bonne mousse avant le retour. Il était 19h30. Merci à toute l’équipe et en particulier à nos deux organisateurs Laurent et Damien.ALP